South Africa/France

Laboratoire d'expérimentations autour du jeu masqué

"Fleurs de Silence". Conte visuel et musical pour la rue.

Conception  & avec: Carole Deborde & Oliver Borowski. Regard extérieur: Tom Roos. Musique: Juliette Fabre - violoncelle. Construction des masques : Judith Mähler.

« Un couple recherche l’endroit où sa vie a basculé… »
Une mort. Un amour. Un sacrifice.
Mama Roma entre en scène avec sa verve et sa bonhommie. Elle va raconter une histoire, une histoire triste. Elle parle et les protagonistes apparaissent. Médéa et Simion, deux personnages âgés surgis d’un autre monde, viennent rendre un dernier hommage à l'être aimé. Ils nous offrent d'abord leur quotidien : la tendresse qui les lie, leurs habitudes. Puis, tout bascule...


Le prélude à la création de la pièce « Fleurs de silence » est la chanson de Brel : «Les vieux ». Cette histoire visuelle contée par une narratrice violoncelliste est liée à l’intime et renvoie au dilemme familial des tragédies grecques où la colère, la mort, l’amour, et la vengeance sont liés. La pièce aborde la mort sous un angle symbolique, rejoignant ainsi la forme du conte. Des nuances apparaissent cependant dans le jeu et les spectateurs sourient. Le comique croise le tragique. Invité à reconstruire l’histoire au fur et à mesure d’indices distillés par le biais des objets et de la musique, le public devient acteur sur certains temps de la pièce. Les masques, mi-animaux mi-humains, apportent une dimension surnaturelle mais ce couple reste profondément touchant de poésie et d'humanité.
Rue, townships, écoles, terrain de foot… sont investis afin de raconter une histoire compréhensible par tous. Le message de Fleurs de silence n’est pas moral mais une observation sans réponse sur la condition humaine : quelle est la place du destin dans nos vies ?

"Fleurs de Silence" a connu plusieurs formes: en duo, puis avec un choeur sud africain et enfin en trio avec Juliette Fabre, violoncelliste.
 

Version trio

Version duo

Avec le choeur